Les enfants de 9 à 12 ans ont plus que doublé en 2020 : étude

Facebook
Écran, téléphone, enfant, numérique
Unsplash / Gaëlle Marcel


La proportion de mineurs âgés de 9 à 12 ans partageant en ligne des photos de nus créées par eux-mêmes a plus que doublé en 2020, et les défenseurs impliqués dans la lutte contre les abus sexuels sur enfants en ligne sont préoccupés par la tendance, montre une nouvelle étude.

Le rapport intitulé « Matériel autoproduit sur l’abus sexuel des enfants : attitudes et expériences des jeunes en 2020 « , a été publié le mois dernier par mandrin, une organisation dédiée à la lutte contre les abus sexuels sur enfants en ligne.

L’étude a été réalisée dans le cadre d’un sondage en ligne de 20 minutes du 26 octobre au 12 novembre 2020 conjointement avec une étude parallèle sur les attitudes et les comportements des infirmières. Environ 2 002 enfants de partout aux États-Unis ont participé à l’étude, dont 742 du groupe d’âge 9-12 ans et 1 260 adolescents âgés de 13 à 17 ans.

Les chercheurs de Thorn disent que le matériel d’abus sexuel d’enfants fait maison, également connu sous le nom de SG-CSAM, est « des images explicites d’un enfant qui semblent avoir été capturées par l’enfant sur la photo ». Les images sont créées à partir d’expériences consensuelles et forcées. Les expériences consensuelles sont généralement appelées « sexting » ou « partage de fichiers ».

Les chercheurs ont découvert que même si seulement 6% des 9-12 ans ont déclaré avoir partagé ces images explicites auto-créées en 2019, cette proportion a plus que doublé pour atteindre 14% en 2020.

Il s’agit d’une augmentation bien plus importante que celle des 13-17 ans, dont la poussée d’activité est passée de 15 % en 2019 à 19 % en 2020. En 2019, 11% de tous les jeunes ont déclaré partager leur propre SG-CSAM. En 2020, ce nombre est passé à 17 %.

« Le matériel d’abus sexuel d’enfants fait maison est devenu un sujet de préoccupation majeur pour ceux qui luttent contre l’exploitation sexuelle d’enfants en ligne. … [It] pose des risques particuliers pour les enfants et des défis uniques pour les communautés qui travaillent pour les protéger », ont noté les chercheurs. « Les interventions que nous menons doivent être adaptées de manière unique aux expériences des jeunes et des agresseurs qui peuvent les cibler. »

Alors que le pourcentage de mineurs déclarant partager le SG-CSAM d’une autre personne est passé de 9 % à 7 % entre 2019 et 2020, le pourcentage de mineurs estimant que leurs amis proches « repartagent souvent ou parfois » le SG-CSAM d’un autre enfant a augmenté de 11 % à 14 % sur la même période. Toute cette augmentation s’est produite chez les enfants du groupe d’âge 9-12 ans.

L’étude a montré qu’entre 2019 et 2020, la proportion d’enfants de 9 à 12 ans ayant cette croyance est passée de 7 % à 16 %. Pour les mineurs âgés de 13 à 17 ans, en revanche, il est passé de 15 % à 13 %.

Les chercheurs ont découvert que les données de l’enquête suggèrent que « les mineurs peuvent travailler avec moins de supervision dans les zones en ligne par rapport aux chiffres de 2019, en particulier chez les 9-12 ans ».

« L’utilisation du compte secondaire… dans le but de garder le contenu de certains groupes tels que les soignants ou les amis privés a augmenté le plus dans ce groupe, et les 9-12 ans ont signalé la plus forte diminution de leur fréquence de respect des règles de sécurité en ligne établies. » Les chercheurs ont expliqué.

Et en ce qui concerne les médias sociaux les plus utilisés par le groupe d’adolescents, YouTube se classe au-dessus de tous les autres. Des plateformes telles qu’Instagram, TikTok, Snapchat et Facebook ont ​​également beaucoup attiré le groupe pour leur engagement auprès de SG-CSAM.

Environ 80 % de tous les mineurs ont déclaré utiliser YouTube au moins une fois par jour, et 78 % d’entre eux ont déclaré y avoir partagé leur propre SG-CSAM. Dans l’ensemble, 85% de ce groupe ont déclaré avoir vu du matériel sur la plate-forme. Les mineurs semblaient plus à l’aise de partager du matériel sur la plate-forme, 88 % d’entre eux le signalant.

L’étude a montré que la production de contenu SG-CSAM a augmenté en 2020 pour presque toutes les variables démographiques liées au sexe, à l’âge et à l’identité sexuelle par rapport à 2019 pour les garçons de 9 à 12 ans et les adolescents identifiés comme LGBT.

Lorsqu’on leur a demandé s’ils pensaient que la pandémie de COVID-19 et les blocages ultérieurs avaient eu un impact sur les expériences SG-CSAM de leurs collègues, les répondants étaient divisés. Environ 50% d’entre eux ont estimé que la pandémie n’avait aucun impact sur les vitesses auxquelles leurs pairs envoyaient ou partageaient SG-CSAM ou divulguaient des images intimes. Les 50 % restants pensaient que c’était le cas.

Cependant, selon Thorn, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour garantir que les bonnes interventions sont disponibles pour protéger les mineurs avec des technologies en évolution rapide.

« Les jeunes continuent de s’engager avec SG-CSAM, à la fois de manière exploratoire et de manière plus risquée. Les résultats de notre enquête 2020 mettent en évidence la persistance des différences démographiques dans les attitudes et les comportements des enfants envers SG-CSAM », a déclaré le groupe.

« La collecte et l’analyse continues de données sur ce sujet ainsi que les effets du COVID restent une condition préalable essentielle à la réussite des interventions qui protègent et soutiennent les jeunes dans leur expérience numérique. »

Contact : leonardo.blair@christianpost.com Suivez Leonardo Blair sur Twitter : @leoblair Suivez Leonardo Blair sur Facebook : LeoBlairChristianPost

A voir aussi :

Leyna crée Daily Nudes & Lewds !

Veuillez garder à l’esprit que mes photos non censurées ne conviennent pas au public et ne sont destinées qu’aux yeux de mes clients, c’est pourquoi je ne peux pas les prévisualiser ici ♥ Salut les gars! Bienvenue sur ma page Patreon ! CONTINUER → N’hésitez pas à regarder autour de vous. Aussi, si vous avez […]

Voir plus
male-acts-ilse-haider

Les 10 meilleurs nus masculins alternatifs de l’histoire de l’art

CONTINUER → Ilse Haider, Monsieur Grand (2013).Avec l’aimable autorisation du Musée Leopold, Vienne. Le corps masculin est-il vraiment si ennuyeux ? La semaine dernière Gardien Le critique d’art Jonathan Jones a publié sa dernière d’une série de listes pillant l’histoire de l’art pour les pages vues, « Le top 10 des nus masculins dans l’art. » Mis […]

Voir plus

Double dose de bite pour Gwen, 28ans ! ()

CONTINUER → Gwen, 28ans et vendeuse de pâtisserie, attaque toujours quand il s’agit d’un plan de baise ! Mais notre méchante voluptueuse a des exigences : elle veut qu’on lui envoie deux mecs ! Et pour fêter ça, elle essaie le double pour la première fois !

Voir plus